Le SIAAP

Le SIAAP : Une usine tentaculaire et dangereuse !

L’incendie du 3 juillet 2019, nous a rappelé que nous vivons à côté d’une bombe à retardement ! Cette usine d’épuration, située à proximité de nos habitations, traite 60 % des eaux usées de la région I.D.F.

Conséquence de l’incendie : des rejets dans la Seine d’eaux non totalement dépolluées.

Cet incendie a révélé l’ampleur des anomalies en termes de sécurité de cette usine, et des retards importants de son exploitant, le Siaap, sur la prévention, la culture de la sécurité, la maitrise des risques…

En effet, si la station d’épuration de Seine Aval est dans le collimateur des inspecteurs de l’environnement, c’est parce que le danger est réel. Cette station d’épuration fait partie des « 10 sites problématiques d’Ile-de-France » désormais « sous vigilance renforcée pour accélérer le retour à la conformité » de la DRIEE, la Direction Régionale et Interdépartementale de l’Environnement et de l’Energie.

C’est un site « à enjeux en termes de risques ou de pollution » sur lequel a été repéré des non-conformités « souvent assorties de mises en demeure, pourtant peu suivies », alerte la DRIEE des Yvelines.

Au programme de la DRIEE : inspections, contrôles inopinés, échanges avec la maison mère du Siaap, contrôles conjoints avec d’autres services… » Un bilan de ce dispositif renforcé est prévu en début d’année prochaine.

Il faudra des années pour reconstruire (3 ans) et en attendant des risques perdurent. En effet l’épisode pluvieux du 29 juillet 2019 (pourtant qualifié d’intensité moyenne) a provoqué une nouvelle mortalité piscicole. Environ une tonne de poissons morts mélangés à des algues et déchets – pour mémoire 7 tonnes avaient été ramassées dans les jours qui ont suivi l’incendie.

Selon un communiqué de la Mairie de la Frette : « Une partie des eaux usées est orientée vers d’autres stations ; et le SIAAP remettra en service des bassins de décantation primaire. Comme ils sont à l’air libre, il faudra être vigilant au niveau des nuisances olfactives. Mais la plus grande crainte se rapporte à la capacité de la station pour traiter des afflux importants en cas d’orage. »

Avec le CAPUI (Association des riverains de la station d’épuration d’Achères), dont nous sommes membres, nous nous félicitons de cette prise de conscience des dangers potentiels de cette usine, et qu’elle soit enfin sous surveillance renforcée. Tant que les risques ne seront pas sous contrôle, et cela prendra encore plusieurs années, restons mobilisés.

Télécharger notre Flyer sur la station d’épuration de Seine AVAL – SIAAP

Restons vigilants et MOBILISONS-NOUS pour protéger notre cadre de vie et la valeur de nos biens.
ENSEMBLE NOUS SOMMES PLUS FORTS